lundi 1 janvier 2018

Hello

© 2016 Darkbrume Tous droits réservés. All rights reserved.


Coucou et bienvenue sur mon blog!

Ici, vous retrouverez des actus livres, musique, ciné et mode et plein d'autres encore. Alors bonne visite à tous ! N'oubliez pas de laisser un commentaire pour me dire ce que vous pensez des différents articles proposés sur ce blog et partagez sur les réseaux sociaux !

Hello everybody and welcome on my blog!

Here, you'll find news on various topics like books, music, cinema, fashion... So, enjoy your visit! Don't forget to leave a comment to tell me what you think of the different articles you can find on this blog and share them on the social medias!

dimanche 10 décembre 2017

Les chroniques de Spiderwick/The Spiderwick chronicles, réalisé par/directed by Mark Waters


Synopsis


Après son divorce, Helen Grace a dû quitter New York avec ses jumeaux, Jared et Simon, et sa fille, Mallory, pour trouver refuge dans l'ancienne résidence de son grand-oncle, l'éminent naturaliste Arthur Spiderwick. Une nouvelle vie commence pour les Grace dans cette bâtisse isolée, un rien sinistre, où les trois enfants ne tardent pas à faire d'étranges rencontres. Après avoir mis à jour la cachette d'un espiègle farfadet, Jared découvre au grenier un somptueux ouvrage, rédigé par Arthur Spiderwick et orné d'illustrations d'animaux fantastiques de toutes espèces : Le Guide Arthur Spiderwick du monde merveilleux qui vous entoure. Bravant les avertissements solennels de son ancêtre, Jared ouvre le précieux livre, qui lui dévoile un univers merveilleux, peuplé de gobelins, de fées, de trolls, de sylphes délicats, d'oiseaux exotiques et de porcins voraces. Mais un ogre maléfique du nom de Mulgarath hante aussi ce Monde Invisible qu'il souhaite contrôler. Pour cela, il doit s'emparer du Guide. Prêt à tout pour parvenir à ses fins, le rusé Mulgarath tend un piège diabolique aux trois enfants, puis se lance avec sa meute hurlante à l'assaut de la Résidence...

Ce que j'en ai pensé


Un enfant avide d'aventures, un déménagement dans un manoir perdu au milieu d'une forêt, c'est le début d'un conte fantastique. Le scénario n'a rien d'original mais il est efficace. Lorsque Jared ouvre le Guide d'Arthur Spiderwick, le jeune garçon et les spectateurs plongent dans un monde peuplé de créatures merveilleuses. Un monstre, l'ogre Mulgarath aux formes changeantes, aidé par de féroces gobelins veut mettre la main sur ce grimoire qui lui permettrait d'accéder à la connaissance. Un pouvoir immense qui le propulserait au rang de créature la plus puissante de la Terre. Jared, son frère et sa sœur vont devoir affronter les forces du Mal. Ce film est un film pour enfants, manichéen certes mais avec beaucoup d'humour. Il reprend les codes des légendes fantastiques et en invente de nouveaux complètement loufoques. Les personnages sont drôles, touchants et téméraires. Un cocktail explosif ! Le monde de Spiderwick est un monde splendide, un univers enchanteur. Un conte plaisant donc, tout en douceur, en bons sentiments et en légèreté.



Synopsis


Upon moving into the run-down Spiderwick Estate with their mother, twin brothers Jared and Simon Grace, along with their sister Mallory, find themselves pulled into an alternate world full of faeries and other creatures.

My thoughts


A child thirsty of adventures moving into an old manor lost in the woods, it's the beginning of a fantastic tale. The scenario is not very original but it's efficient. When Jared discovers the book written about his great-uncle he discovers a whole new world full of fantastic creatures. A monster, the ogre Mulgarath, helped by a horde of goblins wants this book and all the knowledge it contains to become the most powerful creature on Earth. Jared, helped by his sister and brother will have to confront with Evil forces. This film is for children. It certainly is manichean but it's a good entertainment with a lot of humor. It borrows to old legends and invent new goofy elements. The characters are funny, touching and reckless. An explosive cocktail! The world of Spiderwick is truly beautiful, a marvelous universe. A pleasant tale therefore, light, soft, animated with good feelings. 

Le secret de Terabithia/Bridge to Terabithia, réalisé par/directed by Gabor Csupo

Synopsis


Jess, un garçon issu d'une modeste famille nombreuse et Leslie, fille unique d'un couple d'écrivains, s'inventent un monde imaginaire, Térabithia, pour fuir la réalité de leur vie quotidienne... Mais lorsque cet univers magique prend vie, ils se retrouvent confrontés à des aventures plus périlleuses que ce qu'ils avaient pu imaginer.

Ce que j'en ai pensé


J'ai cru qu'il s'agissait d'un simple film de fantasy divertissant. Je me suis trompée. Ce film est bien plus qu'un banal film d'aventures.
Le secret de Terabithia met en scène deux enfants, un garçon sombre, triste, complexé, seul et une fille excentrique, trop pour s'intégrer. Ensemble, ils vont découvrir l'amitié. Jess qui, jusque-là, était rejeté par les autres enfants de son école, petit canard de sa famille, va se sentir accepté, aimé. Le monde des enfants n'est pas aussi innocent qu'on le croit, il peut être très cruel. Grâce à Leslie, Jess va trouver un exutoire dans l'imagination. Leur grand jeu : s'inventer un autre monde, un monde merveilleux dont ils seraient les rois. Illusion d'un pouvoir qu'ils rêveraient d'avoir plutôt que d'y être soumis. Ils se battent contre de féroces créatures et ainsi se découvrent une force. L'imagination les rend invincibles et heureux. Une parenthèse vivifiante dans leur routine ennuyeuse et déprimante.
Il y a une constante oscillation entre réalité et fantastique, entre conte et tragédie. J'ai été très chamboulée par le dénouement de cette histoire. Le deuil dans un film pour enfants m'a toujours semblé très dur (qui n'a pas pleuré à chaudes larmes devant Bambi ?). Mais, cette fin m'a semblée très juste, très réaliste.
Pour finir, ce film est une leçon de vie et d'amour. Il nous enseigne à croire en nos rêves, à vivre la poésie du monde, à voir au-delà de ce que nous avons sous les yeux. Tout en n'oubliant pas que rien n'est acquis. Le secret de Terabithia est tout simplement bouleversant. Une surprise troublante mais très enrichissante. 



Synopsis


A preteen's life turns upside down when he befriends the new girl in school and they imagine a whole new fantasy world to escape reality.

My thought


I thought it was a simple enjoyable fantasy movie. I was wrong. This film is much more than a banal adventure film.Bridge to Terabithia shows us two children, a dark, sad, and lonely boy and an eccentric girl, too much to get along with others. Together, they will discover friendship. Jess, who until then had been rejected by the other children of his school, of a family which favors the girs will finally feel accepted and loved. The world of children is not as innocent as it is believed, it can be very cruel. Thanks to Leslie, Jess will find an outlet in imagination. Their favorite game: to invent another world, a wonderful world which they rule. Illusion of a power that they dream of to have rather than being insignificant children. They fight against fierce creatures and so on discover a strength. Imagination makes them invincible and happy. An exhilarating parenthesis in their boring and depressing routine.There is a constant oscillation between reality and fantasy, between tale and tragedy. I was very upset by the outcome of this story. The mourning in a children's film always seemed to me very hard (who did not cry in front of Bambi?). But this end seemed very fair, very realistic.To finish, this film is a lesson of life and love. It teaches us to believe in our dreams, to live the poetry of the world, to see beyond what we have before us. While not forgetting that nothing is granted. Bridge to Terabithia is simply overwhelming. A surprising but very interesting surprise.

samedi 2 décembre 2017

Gatsby le Magnifique/The Great Gatsby, réalisé par/directed by Baz Luhrmann


Synopsis


Printemps 1922. L'époque est propice au relâchement des mœurs, à l'essor du jazz et à l'enrichissement des contrebandiers d'alcool… Apprenti écrivain, Nick Carraway quitte la région du Middle-West pour s'installer à New York. Voulant sa part du rêve américain, il vit désormais entouré d'un mystérieux millionnaire, Jay Gatsby, qui s'étourdit en fêtes mondaines, et de sa cousine Daisy et de son mari volage, Tom Buchanan, issu de sang noble. C'est ainsi que Nick se retrouve au cœur du monde fascinant des milliardaires, de leurs illusions, de leurs amours et de leurs mensonges. Témoin privilégié de son temps, il se met à écrire une histoire où se mêlent des amours impossibles, des rêves d'absolu et des tragédies ravageuses et, chemin faisant, nous tend un miroir où se reflètent notre époque moderne et ses combats.



Ce que j'en ai pensé


Je l'avais regardé il y a quelques années et j'avais détesté. Depuis, j'ai lu le livre en anglais que j'ai beaucoup aimé. J'ai donc eu envie de revoir le film. Et j'ai bien fait. Car cette fois-ci j'ai bien aimé.
Tout d'abord, le film est très fidèle au roman. Ce qui m'avait beaucoup gêné lors de mon premier visionnage est le côté excessif de ce film, le côté spectacle fantaisiste, le côté exagération. Cette fois-ci j'ai été moins gênée : cela donne en fait une atmosphère grandiloquente très en accord avec l'histoire, avec les personnages et en particulier avec Gatsby. Ce film est visuellement très recherché, les costumes sont superbes et le décor splendide. La narration est faite par Nick Carraway comme dans le roman. J'ai bien aimé le rappel constant à cette narration grâce à des lettres flottantes et à des aller-retours entre le passé et le présent. J'ai également trouvé que la raison pour laquelle Nick raconte son histoire est très juste. Son personnage m'a beaucoup fait rire. Témoin et acteur de ce drame malgré lui, il est sans cesse en décalage avec les autres personnages ne sachant pas vraiment que faire ou que dire lorsqu'il se retrouve emporté dans leurs histoires d'amants et de maîtresses, de romance interdite, de rêves à portée de main et de jalousie conjugale. Il est le seul personnage sensé dans cette histoire rocambolesque, tragédie moderne où les limites entre le rêve et le cauchemar sont floues. La bande son est tout simplement parfaite, en accord avec le tourbillon visuel qu'est ce film. Une mise à l'écran réussie donc que je vous recommande vivement ainsi que la lecture de ce classique de la littérature anglophone. 


Synopsis


A writer and wall street trader, Nick, finds himself drawn to the past and lifestyle of his millionaire neighbor, Jay Gatsby.


My thoughts


I had watched it a few years ago and I hated it. I've read the book a few weeks ago and was really pleased with the story. Therefore, I decided to watch it again and I was right to do so. Indeed, I enjoyed the film this time.
First of all, it stays close to the novel which is very enjoyable. What I disliked the first time was that I felt like it was too much. I thought it was a wild spectacle, very exaggerated and excessive. This time I got less disturbed. In fact, I thought it gave a grandiloquent atmosphere in harmony with the story and the characters, especially Gatsby himself. The film is very sought-after visually, the costumes are beautiful and the decor is splendid. The narration is done by Nick Carraway like in the novel. I liked the constant reminder of this film being a narration with these floating letters and this back and forth between the past and the present. I also liked the reason they found for Nick to tell this story. I thought it's a very fair one. His character made me laugh. He's just this normal person who finds himself in the middle of awckward situations due to the crazy stories and relations between the other characters. Despite him, he's a witness and even becomes an actor in these stories of lovers, dreams at your fingertips and conjugal jealousy. He's the only sensible character in this incredible story, this modern tragedy where the limits between the dream and the nightmare get blurry. The soundtrack is such a good one, very well chosen to go with this visual whirlwind. You should definitely watch it and read this famous novel in the English literature.



L'échange/Changeling, réalisé par/directed by Clint Eastwood

 

Synopsis


Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs
Los Angeles, 1928. Un matin, Christine dit au revoir à son fils Walter et part au travail. Quand elle rentre à la maison, celui-ci a disparu. Une recherche effrénée s'ensuit et, quelques mois plus tard, un garçon de neuf ans affirmant être Walter lui est restitué. Christine le ramène chez elle mais au fond d'elle, elle sait qu'il n'est pas son fils... 

Ce que j'en ai pensé


Inspiré d'une histoire vraie, ce film est bouleversant. C'est avec anxiété que nous suivons Christine Collins dans ses recherches pour retrouver son fils Walter disparu. Je ne veux pas vous révéler trop d'informations sur l'histoire mais c'est très difficile. Je vais essayer d'en dévoiler le moins possible tout en tentant de rendre justice au film.
Christine Collins va devoir faire face à une police corrompue, violente, méprisante, qui ne se soucie que d'elle-même. Elle va être aidée par un homme d’Église et indirectement par un policier, seul parmi ses confrères à agir dans l'intérêt de tous. L'échange est un film fort en émotions, il nous tient en haleine et nous serre le ventre. C'est un film d'autant plus déchirant qu'il s'agit d'une histoire vraie. Je suis allée m'informer des faits ensuite et ce film semble très fidèle à l'histoire originale : les détails omis ont été omis afin de ne pas surcharger le film qui est déjà très dense. De plus, ces détails omis n'empêchent pas de condamner ces événements déjà inconcevables tels qu'ils sont présentés ici.
Penchons-nous à présent sur la performance des acteurs. Angelina Jolie est saisissante dans ce rôle de mère désespérée, folle d'inquiétude, courageuse et tenace. Jeffrey Donovan est très convaincant comme policier suffisant, machiste et égocentrique. Michael Kelly vient contre-balancer cette image désastreuse des autorités en élucidant les meurtres du poulailler de Wineville malgré l'immobilisme des autres membres de la police de Los Angeles. Jason Butler Harner dérange dans son rôle de déséquilibré psychopathe. Enfin, John Malkovich incarne le gentil du film, un homme respectable à la recherche de justice et de vérité.
L'échange lève donc le voile sur un fait divers glaçant perpétré à la fin des années 20, sur la corruption des services de police de l'époque mais aussi sur le sort malheureux des femmes enfermées en asile psychiatrique car considérées comme incapables de réfléchir par elles-mêmes. Dénonciations multiples donc pour ce très beau film qui dérange en étalant la vérité sans ostentation, témoignage de la cruauté humaine.



Synopsis


A grief-stricken mother takes on the LAPD to her own detriment when it stubbornly tries to pass off an obvious impostor as her missing child, while also refusing to give up hope that she will find him one day. 

My thought


 Inspired by a true story, this film is shattering. We follow Christine Collins with anxiety while she's stirring earth and sky to find her son Walter who disappeared. I don't want to reveal too much, I'll try my best but it's very difficult.
Christine Collins will have to cope with a corrupted, violent and contemptuous police whose members only care about themselves. She will be helped by a church man and indirectly by a good policeman, alone among his colleagues. Changeling is a strong in emotions, it makes us hold our breath until the very end and keeps our stomach tight even after. Upsetting is this film as it is a true story. I've read the facts after watching the film, and it seems it's quite a fidel work. The details missing were forgotten because they would have been a lot of informations for nothing. The story is enough revolting as it is presented.
Let's talk about the actors' performance. Angelina Jolie is brilliant in her role of a desperate mother that keeps fighting no matter how weak and lonely she feels. Jeffrey Donovan is  very convincing as a scornful, machist and egocentric policeman. Michael Kelly counterbalances this very unpleasant image of police by solving Winville Chicken Coop murders despite the immobilism of his colleagues. Jason Butler Harner disturbs in his role as a crazy psychopath. Finally, John Malkovich is the kind character, a respectable man who seeks for justice and truth.
Changeling unveils a horrible fact which occured in the late 20s, the corruption of LA police at the the time and also the unfortunate fate of women inprisoned in mental asylum because they were considered unable to think by themselves. In the end, multiple denunciations for this beautiful film that disturbs, exhibiting the truth without ostentation, a testimony of human cruelty.

samedi 25 novembre 2017

Dangereuse alliance/The Craft, réalisé par/directed by Andrew Fleming

Synopsis


Interdit aux moins de 12 ans
Trois étudiantes, Nancy, Bonnie et Rochelle tres éprises d'ésotérisme pratiquent la magie. Qualifiées par les autres étudiants de folles ou de sorcières, elles sont bientot rejointes par une quatrième, Sarah, dotée de dons exceptionnels. Le quatuor va former un cercle capable d'invoquer les plus puissants esprits et de transformer leurs rêves en réalités. Jusqu'au jour ou des rivalités apparaissent dans le petit groupe.


Ce que j'en ai pensé


J'avais envie de regarder un film qui touche aux arts occultes. J'avais vu le nom de ce film lorsque j'avais fait quelques recherches sur la Wicca après avoir lu le premier tome de la série éponyme. Cela m'avait intriguée. Ce film est exactement ce à quoi je m'attendais et ce que j'avais envie de voir.
L'histoire est celle d'une nouvelle lycéenne dotée de pouvoirs qui va permettre à un trio de jeunes filles fascinées par l'ésotérisme d'invoquer les esprits. Ce qui n'était que livresque et imaginaire devient réalité. Une réalité qui a tôt fait de virer au cauchemar. En effet, la nature n'est ni bonne ni mauvaise mais lorsque l'on est apprenti sorcière, elle peut s'avérer dangereuse si on la traite avec insouciance. Les quatre filles désirent se venger de ceux qui les ont fait souffert. Mais ce qui n'était qu'une petite rancune d'adolescente va prendre une ampleur inimaginable. Frayer avec les forces obscures est périlleux et l'on peut vite sombrer dans les eaux troubles du mal. Comment résister à l'appel du pouvoir ? Où réside la frontière entre le mal et le bien ? La magie tout comme la nature est versatile. Un film qui joue habilement avec le cauchemardesque grâce à des actrices qui incarnent l'oscillation entre innocence et maléfique. La fascination qu'exercent magie, forces obscures est tout à fait rendue ici. En définitive, Dangereuse alliance est assez ensorcelant et délicieusement effrayant. 



Synopsis


A newcomer to a Catholic prep high school falls in with a trio of outcast teenage girls who practice witchcraft and they all soon conjure up various spells and curses against those who even slightly anger them.

My thoughts


I wanted to see a film about occult arts. I read about this film while I was doing some research about the wicca and I was quite intrigued. This film is exactly what I expected and what I looked for. The story is about a newcomer to a highschool where she'll join a trio of teenage girls fascinated by witchcraft. The new girls has some mysterious powers and thanks to her the four of them will be able to cast spells and summon spirits. What was only bookish and imaginary comes to life. This new reality soon turns out to be a living nightmare. Indeed nature is neither good or bad but for witch apprentices it can be dangerous if you're reckless. The four teenage girls want to take revenge on the persons who hurt them. But what was only a teenage grudge is going is taken on a unimaginable scale. Hobnob with the dark forces is hazardous and it's easy sinking into troubled waters. How to resist to the temptation of power? Where is the limit between good and evil? Magic like nature is versatile. A film that skillfully plays with nightmarish elements thanks to actresses that embody the oscillation between innocence and evil. The fascination of magic and darkness is well delivered. Eventually, The Craft is quite bewitching and deliciously scary. 


"Légère comme une plume, raide comme un bâton."

samedi 18 novembre 2017

Tout ce qu'on ne s'est jamais dit/Everything I Never Told You, Céleste NG


Résumé


1977, Ohio. Lydia Lee, seize ans, est une élève et une fille modèle. Elle est le grand espoir de son père, d'origine chinoise, qui projette sur elle ses rêves d'intégration, et de sa mère qui espère à travers elle accomplir ses ambitions professionnelles déçues. Mais à quoi rêve Lydia en secret ? Lorsque la police découvre son corps au fond d'un lac, la famille Lee, en apparence si soudée, va affronter ses secrets les mieux gardés, car plus rien ne sera pareil. La disparition de Lydia vire soudainement à l'autopsie familiale. Connaît-on jamais vraiment ses proches ? 

Ce que j'en ai pensé


Tout d'abord, je voudrais dire deux mots sur la couverture de l'édition Pocket qui a grandement contribué à ce que j'achète ce livre. Au début, on croit voir un ciel étoilé puis on s'aperçoit qu'il s'agit de la surface d'une étendue d'eau dans laquelle se reflète la voûte céleste. Une jeune fille vêtue d'une robe verte émeraude dos nu se trouve dans l'eau, les bras étrangement tendus en V. J'ai trouvé cette couverture très attirante : mystérieuse et poétique avec cette silhouette gracieuse et étrange. Une très belle couverture !
Venons-en maintenant au roman. Il est à la fois poignant et glaçant. Céleste NG crée une atmosphère anxiogène. Dans cette famille en deuil, le passé refait surface, les secrets sont révélés, les non-dits explosent. Ce roman très psychologique fait alterner les points de vue entre les différents membres de la famille et nous montre à quel point ils peuvent diverger et susciter des quiproquos parfois dramatiques. Il y a une constante oscillation entre passé et présent avec de fréquents retours en arrière qui bâtissent les personnages. L'histoire est douloureuse ; elle traite du mal-être, du sentiment de ne jamais être à sa place, du besoin d'être accepté, du besoin d'être reconnu. Sentiments qui s'expriment au sein d'une société mais avant tout au sein de la famille. C'est ce qui rend ce roman si terrible. Les incompréhensions, les projections, le dégoût de son image étouffent cette famille. Extrêmement bien mené, tant au niveau émotionnel que narratif, Tout ce qu'on ne s'est jamais dit est un premier roman maîtrisé d'autant plus impressionnant qu'il s'agit du premier ouvrage de l'auteur. Une lecture intense, instructive et dérangeante. 


Summary


Lydia is dead. But they don’t know this yet.

So begins this exquisite novel about a Chinese American family living in 1970s small-town Ohio. Lydia is the favorite child of Marilyn and James Lee, and her parents are determined that she will fulfill the dreams they were unable to pursue. But when Lydia’s body is found in the local lake, the delicate balancing act that has been keeping the Lee family together is destroyed, tumbling them into chaos. 

My thought


This novel is both heart-touching and chilling. Céleste NG creates an anxiety-causing atmosphere. In this family in mourning, the past reemerges, secrets are revealed and the unspoken explodes. This very psychological novel switches points of view and shows how much they can differ from one to another upon the same situation and how they can give rise to dramatic misunderstandings. There is a constant oscillation between past and present with frequent come backs in time that build up the characters. The story is sorrowful ; it deals with malaise, this feeling of being out of place, the need to be accepted, the need to be recognized. Feelings that express themsleves within society but first and foremost within the family. That's what makes this novel so terrible. The misunderstandings, the projections, the disgust of its own image smother this family. Extremely well lead, both emotionaly and narratively, Everything I never told you is a mastered novel all the more impressive as it's the first one of the author. A intense, instructive and disturbing read.