lundi 1 janvier 2018

Hello

© 2016 Darkbrume Tous droits réservés. All rights reserved.


Coucou et bienvenue sur mon blog!

Ici, vous retrouverez des actus livres, musique, ciné et mode et plein d'autres encore. Alors bonne visite à tous ! N'oubliez pas de laisser un commentaire pour me dire ce que vous pensez des différents articles proposés sur ce blog et partagez sur les réseaux sociaux !

Hello everybody and welcome on my blog!

Here, you'll find news on various topics like books, music, cinema, fashion... So, enjoy your visit! Don't forget to leave a comment to tell me what you think of the different articles you can find on this blog and share them on the social medias!

dimanche 15 octobre 2017

L'embellie/Butterflies in November, Audur Ava Olafsdottir


Résumé


C’est la belle histoire d’une femme libre et d’un enfant prêté, le temps d’une équipée hivernale autour de l’Islande.
En ce ténébreux mois de novembre, la narratrice voit son mari la quitter sans préavis et sa meilleure amie lui confier son fils de quatre ans. Qu’à cela ne tienne, elle partira pour un tour de son île noire, seule avec Tumi, étrange petit bonhomme presque sourd et affublé de grosses loupes en guise de lunettes.

Ce que j'en ai pensé


C'est le troisième roman que je lis d'Audur Ava Olafsdottir. J'en ressors toujours aussi émerveillée. Emerveillée par cette écriture intime, sans jugement et authentique. Emerveillée par ces mots choisis avec soin et travaillés jusqu'à ce qu'ils prennent un sens profond. Emerveillée par cette histoire pénétrante, cette réflexion subtile qui nous touche en plein cœur. L'embellie, c'est un roman qui éveille l'âme.
Le récit est une quête d'identité. Le voyage d'une femme à la recherche de repères alors même que son mari vient de la quitter. La narratrice porte sur le monde un regard étonnant, à la sensibilité exacerbée. Nous voyons à travers ses yeux, des détails anodins parfois, comme cela nous arrive d'en voir et de les oublier presque immédiatement. Le thème de la maternité est abordé avec finesse et intelligence ce qui n'est pas sans rappeler Rosa Candida qui portait sur la paternité. Le personnage de Tumi, petit garçon dont le handicap le place dans un monde différent des autres, sera l'ancre de cette jeune femme perdue le temps d'un road trip à travers l'Islande sauvage et froide. Un roman pluvieux au rythme lent qui nous laisse le temps d'apprécier pleinement la prose, la complexité des personnages, les paysages et l'ampleur de cette quête de sens. 
Le périple de la narratrice est jalonné de rencontres, de morts, de vies, de questions, de souvenirs. C'est une plongée dans la réalité à la fois affreusement banale et délicieusement surprenante. Le tout confère à ce livre une acuité troublante qui nous remue au cœur de notre être. 


Summary


After a day of being dumped - twice - and accidentally killing a goose, a young woman yearns for a tropical vacation far away from the chaos of her life. Instead, her plans are thrown off course by her best friend's four-year-old deaf-mute son, thrust into her reluctant care. But when the boy chooses the winning numbers for a lottery ticket, the two of them set off on a road trip across Iceland with a glove compartment stuffed full of their jackpot earnings. Along the way, they encounter black sand beaches, cucumber farms, lava fields, flocks of sheep, an Estonian choir, a falconer, a hitchhiker, and both of her exes desperate for another chance. As she and the boy grow closer, what began as a spontaneous adventure unexpectedly and profoundly changes the way she views her past and charts her future. 

My thoughts


This is the third novel I read from Audur Ava Olafsdottir. Again, finishing it, I feel so amazed. Amazed by this intimate, authentic writing which never judges. Amazed by the words chosen with care and worked on until they take all their deep meaning. Amazed by this penetrating story, this subtile meditation that touches us in the heart. Butterflies in November is a novel that awakes the soul.
The story is one of an identity quest. The trip of a woman looking for landmarks while her husband just left her. The narrator looks at the world in a surprising way with heightened sensitivity. We see through her eyes some trivial details the kind of details you forget just after you've seen them. This novel evokes motherhood with delicacy and intelligence. This makes us think about Rosa Candida which was about fatherhood. Tumi, little boy with a handicap that makes him live in a different world will be the lost woman's Anchor during their road trip in the wild and cold Iceland. A rainy novel with a slow rythm which allows us to fully appreciate the prose, the characters' complexity, the landscapes and the whole quest of meaning. 
The narrator's trek is punctuated with meetings, deaths, lives, questions, memories. It's a diving in reality both frightfully trivial and deliciously surprising. The whole thing gives this book a disturbing acuity that moves us from the bottom of our heart.

dimanche 8 octobre 2017

Seven sisters/What happened to Monday, réalisé par/directed by Tommy Wirkola


Synopsis

Interdit aux moins de 12 ans.

2073. La Terre est surpeuplée. Le gouvernement décide d’instaurer une politique d’enfant unique, appliquée de main de fer par le Bureau d’Allocation des Naissances, sous l’égide de Nicolette Cayman. Confronté à la naissance de septuplées, Terrence Settman décide de garder secrète l’existence de ses 7 petites-filles. Confinées dans leur appartement, prénommées d’un jour de la semaine, elles devront chacune leur tour partager une identité unique à l’extérieur, simulant l’existence d’une seule personne : Karen Settman. Si le secret demeure intact des années durant, tout s’effondre le jour où Lundi disparait mystérieusement…

Ce que j'en ai pensé


Excellente dystopie, glaçante, angoissante et intense, Seven Sisters nous plonge dans un monde cruel. La Terre étant surpeuplée, le gouvernement a mis en place des mesures restrictives. Le nombre d'enfant est limité et les enfants en surnombre sont séparés de leur famille, emmenés dans le Bureau d'Allocation des Naissances à la réputation sinistre. L'histoire est très bien menée, originale et pleine de rebondissements. La performance de l'actrice, Noomi Rapace, qui incarne les sept sœurs chacune ayant sa propre personnalité et Karen Settman, identité construite à sept, est incroyable. Un jeu d'actrice magistral qui mérite à lui seul d'être vu. Ce film est un film d'actions avec de nombreux combats. Certaines scènes sont très violentes. Cependant je ne pense pas qu'il s'agit de violence gratuite bien que la mise en scène aurait pu être épurée pour ne pas verser dans le gore. Le monde est violent, sans pitié et les combats ne peuvent être évités. Malgré un scénario travaillé, j'ai relevé une incohérence : à un moment donné le sbire de Nicolette Cayman (à l'origine de cette politique de l'enfant unique) est censé mourir dans une explosion. Or, il en sort sans égratignure. Peut-être qu'un élément m'a échappé mais je pense avoir bien vu. Sinon, j'ai beaucoup aimé que ce film ne soit pas complètement manichéen. Il y a des personnages fondamentalement mauvais (comme dans la réalité d'ailleurs) tel que le sbire de Nicolette mais il y en a aussi d'autres qui ont leurs raisons, bonnes ou mauvaises. 
Une dystopie captivante au suspense haletant. Jusqu'où peut-on aller pour lutter contre la sur-population ? Une question brûlante dans un monde à la population croissante. Une réflexion sur la famille, l'amour et le sacrifice. Véritablement passionnant.



Synopsis


In a world where families are limited to one child due to overpopulation, a set of identical septuplets must avoid being put to a long sleep by the government and dangerous infighting while investigating the disappearance of one of their own.

My thought


Excellent dystopia, thrilling, anxiogen and intens, What happened to Monday lets us enter into a future over-crowded world. The government established restrictive measures. The number of children per family is limited and the children in excess are separated from their family, brought to the eerie Child Allocation Bureau. The story is well lead, original and full of surprises. The performance of the actress, Noomi Rapace, who plays seven sisters each with a personality and Karen Setman a character built by the seven of them, is incredible. An amazing actress game which deserves to be seen. This film is an action film with numerous fights. Some scènes are violent. However I don't think it's unjustified violence even if the direction could have avoided the gore tendency which is a bit too much. Indeed, the world in which the story takes place is a violent one, pityless and where fights can't be avoided. Although the script is well written, I've noted one contradiction. There's a moment where Nicolette Cayman's myrmidon (Cayman being the one who initiated the single child Policy) was meant to die in an explosion giving where he was when the explosion occured. But he survives the explosion without a scratch. Maybe I misuderstood something but I think I've well seen. Anyway, I really loved this film partly because it's not completely manichean. Some characters are fundamentally bad (the myrmidon again) but others have their reasons whether they're good or bad. 
Eventually, a fascinating and thrilling dystopia. What is the limit when coping with overpopulation? A burning topic in our world where the population is constantly increasing. It's also a reflexion on family, love and sacrifice. Truly passionating.

samedi 30 septembre 2017

Otez-moi d'un doute, réalisé par Carine Tardieu


Synopsis


Erwan, inébranlable démineur breton, perd soudain pied lorsqu’il apprend que son père n’est pas son père.
Malgré toute la tendresse qu’il éprouve pour l’homme qui l’a élevé, Erwan enquête discrètement et retrouve son géniteur : Joseph, un vieil homme des plus attachants, pour qui il se prend d’affection.
Comme un bonheur n’arrive jamais seul, Erwan croise en chemin l’insaisissable Anna, qu’il entreprend de séduire. Mais un jour qu’il rend visite à Joseph, Erwan réalise qu’Anna n’est rien de moins que sa demi-sœur. Une bombe d’autant plus difficile à désamorcer que son père d'adoption soupçonne désormais Erwan de lui cacher quelque chose…

Ce que j'en ai pensé


Ce film traite de façon crue, sensible et réaliste de la recherche de la paternité. Qui est notre père ? Celui qui nous a donné nos gènes, celui qui nous a élevé avec amour ? A-t-on besoin d'un autre père quand on en a déjà un ? A-t-on besoin d'un père tout court ? L'amour peut-il dépasser les frontières de la génétique ? 
Les plans sont très travaillés, très originaux et donnent au film une certaine authenticité. Les acteurs sont assez "brutes de décoffrage", très "nature", jamais mièvres. Un casting dynamique et touchant aux répliques souvent truffées d'humour. Un humour qui devient un peu lourd par moment d'ailleurs. Certaines parties du film m'ont même paru caricaturales. Je pense tout particulièrement au personnage d'Estéban, complètement ahuri. C'est le reproche majeur que je fais à ce film qui m'a parfois plus fait lever les yeux au ciel que sourire.
Ce film se déroule dans la quiétude de la campagne bretonne troublée par les explosions d'anciennes mines, Erwan étant démineur (explosions toujours surprenantes !).
J'ai beaucoup aimé la fin de ce film. Frustrante certes, mais qui donne tout son sens au titre du film extrêmement bien trouvé !
Une comédie sentimentale atypique qui traite d'un sujet intime avec pudeur et intelligence finalement. 

Paris fashion week Spring 2018

De retour dans l'univers de la mode et ça fait du bien !
Cette semaine avait lieu la Fashion Week de Paris, événement mythique auquel je rêve d'assister en chair et en os. Ceci reste et restera sans doute utopique mais cela ne m'empêche pas de me tenir au courant des dernières nouveautés. J'ai donc décrypté pour vous les tendances annoncées pour la saison printemps 2018. 

I'm back in fashion and it feels so good! Paris fashion week took place this week. A mythic event I dream about. I'd love to see this in person. But unfortanately I seriously doubt it to happen one day. Anyway, that doesn't keep me from staying informed. Therefore I've looked at came out from the 2018 Spring collection, this is what I noticed.

Trench


Printemps 2018 ou pas, le trench est une pièce maîtresse. Vu sur les défilés Koché et Dior cette année, c'est un classique indémodable. D'une élégance faussement nonchalante, masculin au féminin, il traverse les époques sans prendre une ride. Si comme moi, vous n'avez pas le budget permettant de vous offrir un trench Burberry, référence en matière de trench, il existe des alternatives. Ici, je vous propose un modèle de chez Zara. 

Whatever the time, a trench is a must-have. Seen this week on the catwalks of Koché or Dior, it never goes out of fashion. Falsely nonchalant, truly elegant, a feminine masculine, it goes through ages without getting old. If like me you don't have the money to allow you a Burberry trench, which remains the reference, there are alternatives, such as this Zara one. Seems to be a good dupe isn't it?

Dior - Koché - Zara, 89.90 USD

Black is the new black


La seule couleur dont vous ne vous lassez jamais est le noir ? Vous en avez plein votre garde-robe ? Tant mieux car le noir est la grande couleur dominante de ce printemps 2018. Il n'y a qu'à voir les défilés Saint-Laurent, Dior, Lanvin, Y's, Olivier Theyskens, Haider Hackmann pour ne citer qu'eux. 

The only color you never get tired of? The color you have everywhere in your wardrobe? Yes black is coming. Queen shade of this spring 2018. You only have to see Saint-Laurent, Dior, Lanvin, Y's, Olivier Theyskens, Haider Hackmann (and more!) catwalks.

Saint-Laurent - Y's - Olivier Theyskens, Haider Hackmann

Dior - Lanvin - Asos, 40,99€

Rouge cerise

Cherry red


Que du noir ? Cela risque d'être bien terne ! C'est pourquoi l'autre couleur phare de cette Fashion Week de Paris est le rouge. L'élégance classique du noir et le rouge flamboyant, une combinaison gagnante comme avec cette robe Chi chi London. 

All black? Don't worry, the designers have the perfect color to awake your black outfit: red. Classy elegant black with flamboyant red, a perfect combination as you can see with this dress Chi Chi London.

Olivier Theyskens - Haider Hackermann - Dior - Chi Chi London, 101,99€


Tenue chic, détail choc

Smart outfit, arty detail


Le diable est dans le détail. Alors libérez-votre imagination. Cherchez le petit quelque chose qui rendra votre tenue unique. Une ceinture nœud dorée chez Saint-Laurent, un monstre vert sur une marinière chez Dior, des chaussettes rayées chez Kenzo. J'avoue que j'ai des doutes quant au nœud et aux chaussettes mais j'aime beaucoup le monstre. Toujours est-il que l'idée d'un accessoire ou d'un motif original qui tranche avec une tenue classique est à retenir. Pourquoi ne pas tenter du noir de la tête aux pieds avec un tee-shirt basique, un slim et des bottines, le tout relevé par cette casquette Gavroche bleue marine de chez Asos ? D'ailleurs la casquette Gavroche a été vue sur le défilé Dior !

The devil is in the details. So free your imagination. Look for the little something that'll make your outfit unique. A gold node (Saint-Laurent), a green monster on a striped jumper (Dior), striped socks (Kenzo). I admit I'm not very fond of the gold node nor the socks but I really like the monster. Still the idea to use a one original accessory or drawing to make a classic outfit stand out is to be remembered. What about trying a total black outfit with a basic tee, pants and boots, the whole thing completed with a cap like this one from Asos (very similar to what was worn on the Dior catwalk) ?

Saint-Laurent - Dior - Asos, 21,99€ - Kenzo

Sport


Les designers semblent s'être tournés cette semaine vers le sport et son dressing. Que ce soit Koché et le football, Y/Project et le rugby ou Dior et l'automobile, tous ont pioché dans les vestiaires sportifs. Une bonne raison de ressortir sa tenue de sport et pourquoi pas de s'y remettre... 

Designers seem to have get some inspiration from sport clothes. Whether we're talking about Koché and football, Y/Project and rugby or Dior and car racing, they all pick a look in locker rooms. A good reason to get out your sports clothes and get yourself to work out... 

Y/Project - Dior - Roland Garros, 33€ - Koché

Une mode gonflée

Never too big


Allures de meringues, chapeaux gigantesques, haut de pantalon évasé, la silhouette s'étoffe, prend du volume. On s'impose, on attire le regard, on prend de la place. Au quotidien, c'est sans doute une tendance peu pratique. Pourquoi ne pas revoir ces ambitions à la baisse ? Avec un top aux manches bouffantes par exemple, similaires à ceux visibles chez Saint-Laurent ou Mugler.

Meringues, gigantic hats, flare pants at the top, the silhouette extends, swells. We obtrude, catch the eye, take place. In our every day life it may not be very convenient. But can't we take our expectations lower and opt for a top with puffy sleeves for example, similar to those we see on Saint-Laurent or Mugler catwalks.

Saint-Laurent - Mugler - Jacquemus - QED London, 33,99€ 

Favoris

Favorites

Enfin, parlons de mes défilés et tenues préférées. 
Premièrement j'ai beaucoup aimé le défilé Saint-Laurent élégant, chic et snob. Du noir à profusion ce qui me convient à merveille adepte que je suis. 

Finally let's talk about my favorite shows and outfits.
First, I like the Saint-Laurent show a lot. Very elegant, chic and snob. Black everywhere which is perfect for someone like me who always wears black.


Ensuite, j'ai beaucoup aimé le défilé Dior qui mêle des pièces masculines, du jean, du noir, des chapeaux avec une fausse décontraction. Pour les filles qui se veulent sophistiquées sans en avoir l'air. Le tout avec un brin de folie inspiré par Niki de St Phalle. Superbe ! Remarquez aussi la première tenue et son message "Why have there been no great women artists?" en référence à l'essai de l'américaine Linda Nochlin, essai féministe.

Then I'm very keen on the Dior catwalk which mixes masculine pièces, jean, black and hats with a false nonchalance. For the girls who want to be sophisticated effortlessly. And for some fun, the designer got inspiration from Niki de St Phalle. Superb! Note the reference to the american feminist essay "Why have there been no great women artists?" in the first outfit? Love it!


Pour finir, un petit mot sur le défilé Jacquemus aux lignes épurées, aux couleurs neutres sablonneuses qui donnent envie de s'allonger sur une chaise longue à l'ombre d'un parasol sur une plage du Sud de la France. 

Let's finish with the Jacquemus show with simple lines, sandy neutrals that make us want to lie down on a deck chair under a beach umbrella in the South of France.


J'espère que vous aurez aimé cet article. Dites-moi dans les commentaires ce que vous en avez pensé, s'il y a des articles qui vous feraient plaisir. Plein de bisous et à bientôt !

I hope you've liked this article. Tell me your thoughts in the comments below and tell me if you have ideas for next articles. Love you!

Toutes le photos de défilé viennent du site de Vogue. 
Every photos from the shows come from the Vogue website.

lundi 25 septembre 2017

Les Suffragettes/Suffragette, réalisé par/directed by Sarah Gavron


Synopsis


Au début du siècle dernier, en Angleterre, des femmes de toutes conditions décident de se battre pour obtenir le droit de vote. Face à leurs revendications, les réactions du gouvernement sont de plus en plus brutales et les obligent à entrer dans la clandestinité pour une lutte de plus en plus radicale. Puisque les manifestations pacifiques n’ont rien donné, celles que l’on appelle les suffragettes finissent par avoir recours à la violence pour se faire entendre. Dans ce combat pour l’égalité, elles sont prêtes à tout risquer: leur travail, leur maison, leurs enfants, et même leur vie. Maud est l’une de ces femmes. Jeune, mariée, mère, elle va se jeter dans le tourbillon d’une histoire que plus rien n’arrêtera…

 

Ce que j'en ai pensé


Un superbe film qui relate l'engagement d'une jeune femme, Maud, dans le mouvement des suffragettes. Nous sommes au début du XXème siècle, les femmes travaillent dur même parfois plus que les hommes, gagnent moins que les hommes, n'ont aucun droit sur leurs enfants et n'ont pas le droit de vote. Elles sont souvent victimes d'abus. Le gouvernement ne veut rien entendre et réprime les manifestations dans la violence. Les militantes sont emprisonnées, maltraitées. C'est tout cela que nous montre ce film. Des femmes qui se battent pour une vie meilleure, qui se sacrifient pour donner une vie meilleure aux générations féminines à venir. Des femmes courageuses face à un pouvoir exclusivement masculin qui, pris de peur, face à cette révolution féminine, cherche à l'étouffer par tous les moyens. 
Je ne peux m'empêcher d'avoir les larmes aux yeux en regardant ce film, en pensant à ces femmes qui ce sont battues pour la liberté, pour leurs droits, pour leur droit d'avoir le contrôle sur leur vie tout simplement, pour leur droit humain fondamental. Leur situation était révoltante et ce film nous le rappelle, il nous rappelle également que nous leur devons la gratitude et que nous leur devons aussi de poursuivre leur combat. Elles étaient violemment maltraitées, cruellement étiquetées "folles" alors qu'elles voulaient simplement avoir un statut pour lequel elles n'auraient pas dû avoir à se battre : le statut d'être humain. 
Ce film est un film fort qui nous montre qui étaient vraiment les suffragettes, qui nous montre qu'elles étaient obligées d'agir pour se faire entendre, qu'elles étaient obligées de sacrifier leur famille et parfois même leur vie pour pouvoir se faire entendre. Un très beau film porté par des actrices fortes, charismatiques : je pense à Helena Bonham Carter et à Meryl Streep dont l'intervention bien que courte est forte en signification. Carey Mulligan incarne le personnage principal : une femme comme les autres, qui est à la poursuite d'un rêve, un rêve de liberté. 
Vraiment magnifique, Les Suffragettes nous rappelle le combat qui a dû être mené pour que nous femmes puissions voter et combien ce droit a de la valeur. 



Synopsis


The foot soldiers of the early feminist movement, women who were forced underground to pursue a dangerous game of cat and mouse with an increasingly brutal State. 


My thought


A superb film that relates the commitment of a young woman named Maud in the suffragettes. We are at the beginning of the XXth century, women are working hard, sometimes even harder than men. But they earn less than men. They have no rights over their own children. And they don't have the right to vote. They are often victims of abuse. The government doesn't want to hear anything and repress the marches with violence. The activists are inprisoned and ill-treated. That is what is told in this film. Women who fight for a better life, who sacrifice themselves to give a better life to women to come. Brave women face an exclusively male power which, scared in front of this female revolution, tries to stiffle it by any mean. 
I can't help having tears in my eyes while watching this movie, thinking of these women who fought for freedom, for their rights, for the right to have control over their life, for their fondamental human right. Their situation was appalling and this film recalls it. It recalls also that we owe them gratitude and we owe them to pursue their fight. They were violently ill-treated, cruelly labeled "crazy" while they simply wanted to have a status that they wouldn't have to fight for: the status of a human being.
This film is a strong one who shows who suffragettes really were, that shows us they were forced to act to be heard, that they were forced to sacrifice their family and even their own life to be heard. A beautiful film held by strong and charismatic actresses. I think about Helena Bonham Carter and Meryl Streep, the latest only may appear in the film once but  her presence means everything. Carey Mulligan incarnates the principal character: a simple woman like all women, who is pursuing a dream, a dream for liberty. 
Truly magnificent, Suffragette recalls us the fight that was lead for us women to vote and how this vote is valuable.


dimanche 10 septembre 2017

Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n'en as qu'une/Your Second Life Begins When You Realize You Only Have One, Raphaëlle Giordano


Résumé


Camille, trente-huit ans et quart, a tout, semble-t-il, pour être heureuse. Alors pourquoi a-t-elle l'impression que le bonheur lui a glissé entre les doigts? Tout ce qu'elle veut, c'est retrouver le chemin de la joie et de l'épanouissement. Quand Claude, routinologue, lui propose un accompagnement original pour l'y aider, elle n'hésite pas longtemps: elle fonce. À travers des expériences étonnantes, créatives et riches de sens, elle va, pas à pas, transformer sa vie et repartir à la conquête de ses rêves...

Ce que j'en ai pensé


Alors qu'aujourd'hui la quête du Graal est devenue la quête du bonheur dans un monde occidental toujours plus pressé, toujours plus stressé, Raphaëlle Giordano invente sa recette du bonheur. Une recette adressée à tous ceux qui ne se sentent pas épanouis malgré une famille, un boulot, une maison, bref pour ceux qui ont tous les ingrédients mais pas la recette. Camille, guidée par le mystérieux routinologue Claude, va apprendre à croquer la vie à pleines dents. Héroïne attachante, Camille se réveille, se met en marche et réalise ses rêves. Ce roman sur un ton léger et humoristique nous invite à prendre confiance en nous, à apprécier la beauté du monde, à voir le verre à moitié plein, à profiter de la vie en somme. Un roman gai et revigorant qu'il fait bon de lire quand le moral est en berne (ou pas d'ailleurs !). Une petite pépite !

Summary

 
At thirty-eight and a quarter years old, Camille has everything she needs to be happy, or so it seems. Why then does she feel as if happiness has slipped through her fingers? All she wants is to find the path to joy and fulfilment.
When Claude, a routinologist, offers his unique advice to help get her there, she seizes the opportunity with both hands. Camille’s journey is full of surprising, creative and richly meaningful lessons, as she sets out to transform her life and realize her dreams one step at a time . . .

My thought


While today the quest of the Graal has become a search for happiness in an occidental world always more speed, always more stressful, Raphaëlle Giordano invents her recipe for happiness. A recipe adressed to all those people who don't feel fullfilled even though they have a family, a job, a house. In brief, it's for all those people who have the ingredients but not the recipe. Camille, guided by the mysterious routinologist Claude is going to learn to take life in both ends. Endearing heroine, Camille wakes up, starts walking and realizes her dreams. This novel using a light and humoristic tone invites us to be confident in ourselves, to appreciate the world's beauty, to see the glass half full, to enjoy life in short. A cheerful and invigorating novel that's good to read when you're feeling a bit sad (or not!). A little nugget!